Le Mali lourdement sanctionné par la CEDEAO

En réunion dimanche 09 janvier, à Accra au Ghana, les dirigeants de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest ont imposé une série de sanctions au Mali.

Ainsi, au terme de leur réunion, les chefs d’Etat ouest-africains ont décidé de fermer les frontières avec le Mali au sein de l’espace CEDEAO et de suspendre les échanges autres que de produits de première nécessité.
Dans le communiqué lu à l’issue du sommet, ils ont aussi décidé de couper les aides financières et de geler les avoirs du Mali à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), rappeler les ambassadeurs des pays membres, accrédités au Mali.

La junte au pouvoir, parlant de mesures “très dures”, a condamné énergiquement ces sanctions qu’elle qualifie d’ illégales et illégitimes

Les autorites de Bamako qui font remarquer que ces sanctions interviennent dans un contexte où le Mali fait des résultats au front contre les jihadistes, regrettent que la CEDEAO et l’UEMOA se fassent instrumentaliser par des puissances extra-régionales aux desseins inavoués .

Elles decident en conséquence, face aux sanctions considérées comme sans fondement communautaire, de rappeler ses ambassadeurs dans les pays de l’espace et de la fermeture de leurs frontières .

Le gouvernement malien qui dénonce le caractère inhumain de ces mesures, promet de riposter.


Des sources proches du dossier n’excluent pas un retrait du Mali des institutions sous régionales.

Le gouvernement du Mali tirera toutes les conséquences et se réserve le droit de réexaminer sa participation dans ces entités ajoute le communiqué lu sur la télévision nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.